Petites chroniques périgourdines

Bergerac inondée ou quand la Dordogne sort de son lit…

Dordogne en crue à Bergerac (janvier 2018)

Habiter à proximité d’une rivière, c’est vivre à son rythme, c’est en découvrir continuellement de nouvelles facettes et aujourd’hui, je peux vous l’affirmer, non, la Dordogne n’est pas une belle endormie car elle est sortie de son lit !  Bergerac inondée nous rappelle qu’une rivière en apparence calme n’est pas aussi docile et disciplinée que l’on pourrait le croire,

Les journées grises et pluvieuses de ces dernières semaines ont eu raison de la sécheresse de l’automne et nous découvrons un paysage inhabituel sur les quais. Le parking, l’embarcadère et le belvédère ont disparu sous les eaux et la gabarre d’habitude sur cales semble prête à glisser sur l’eau. La Dordogne est en vigilance Orange « Crues et Inondations » en raison des précipitations du mois de décembre. Ce mois a été froid et pluvieux, il est tombé près de 112 l par m2 au lieu des 71 l habituellement relevés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui, le cours de la Dordogne est régulée par des barrages, aussi, les inondations sont exceptionnelles et surtout ne sont pas aussi spectaculaires et dangereuses que lors des siècles précédents. L’échelle des crues, à l’angle de la rue du Port et du quai Salvette, nous rappelle l’ampleur de ces phénomènes et indique les crues les plus exceptionnelles.

Bergerac inondée, du côté du camping de La Pelouse…

Il y a deux ans, en janvier 2016, la rivière sortait de son lit  et dans l’article « Bergerac – Des vacanciers insolites au camping de la Pelouse », je vous faisais découvrir ces « vacanciers » un peu inhabituels … Actuellement, l’eau est plus haute qu’en 2016 et le camping sous l’eau est toujours un paysage assez étonnant. L’eau arrive jusqu’à la barrière d’entrée, l’île de la pelouse s’enfonce dans l’eau et oies et canards réinvestissent les lieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et Jules ?

Jules, habitué à se promener dans le camping et le long de la rivière est un peu perturbé par la situation actuelle. Il ne reconnaît plus les lieux et, d’un air perplexe, contemple un peu étonné son itinéraire favori et, comme il n’aime guère l’eau, il décide de rebrousser chemin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En savoir plus sur les crues de la Dordogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *