Petites chroniques périgourdines

L’église de Trémolat, une église fortifiée qui défit le temps

Eglise saint-Nicolas de Trémolat

Du promontoire au dessus- du cingle, on aperçoit au loin, à peine identifiable, un village et seul se détache vraiment le clocher imposant de l’église.  Il s’agit de Trémolat. En quittant le belvédère où nous nous sommes arrêtés pour admirer le cingle, nous décidons de faire un arrêt et de visiter Trémolat et son église.

Garés sur la place face à l’église, on est immédiatement surpris par la taille du monument. L’ensemble est impressionnant et de facture assez austère, on comprend en l’examinant que cette église était une véritable forteresse.

Église de Trémolat : un peu d’histoire

Il semble que s’installe à Trémolat, dès le début du VIe siècle, une petite communauté de moines qui sera ensuite rattachée à l’abbaye Saint-Cybard d’Angoulême. Cette petite communauté va prospérer et un monastère  sera construit dans le petit village. D’abord prieuré puis prévôté, le monastère participera à l’expansion et à la prospérité de Trémolat.

Dès le milieu du IXe siècle, sera édifiée une église prieurale dédiée à la Vierge. De cette église, il reste, dans l’église actuelle, à l’intersection de la nef et des transepts, « deux colonnes avec une imposte et les restes d’un arc entremêlant briques et pierres » (Source : Vieilles églises en Périgord –  Volume 1).

Dans ce bourg rural, les habitants de Trémolat étaient particulièrement vulnérables. L’insécurité, la menace des invasions ont sans doute conduit à concevoir au moment de la reconstruction de l’église au XIe puis au XIIe un édifice de type défensif, une vraie forteresse qui pouvait abriter les habitants et leurs biens en cas d’attaques.

Les invasions, les pillages, la guerre de cent ans puis les guerres de religion… pendant cinq siècles, les habitants de Trémolat ont trouvé refuge, quand cela était nécessaire, au sein de l’église Saint-Nicolas.

L’église ne sortira pas indemne de ces périodes troublées, un mémoire signale en 1687 son  mauvais état. Des travaux de rénovation et d’embellissement seront effectués  entre 1717 et 1738. A la révolution, l’église est mise en vente, toutefois, sauvée par cette mesure, sous le Concordat, elle devient l’église paroissiale de Trémolat (Source : Vieilles églises en Périgord –  Volume 1).

Cette église, une des plus importantes du Périgord, est classée « Monument historique » par arrêté du 4 septembre 1913 (voir l’arrêté).

Entamons la visite…

Le clocher-porche ou clocher donjon domine le village. Haut d’environ 28 m, il a été remanié au XVIIIe siècle avec l’adjonction d’un fronton et d’un portail classiques. Au sommet du clocher, on distingue deux niches abritant des cloches. De rares ouvertures étroites et hautes accentuent le caractère défensif de l’édifice.

L’intérieur de l’église, malgré les ouvertures étroites, est bien éclairée. Le plan de l’église est en forme de croix avec la nef, le transept et le choeur. La nef est composée de trois travées et comporte au plafond trois coupoles. On distingue également une coupole au croisement du transept.

Dans la partie nord du transept, on peut voir un escalier singulier ainsi qu’une petite porte en bois que malheureusement le visiteur ne peut ouvrir. Cette porte donne accès à l’étage de l’église où une surface d’environ 350 m2 était dédiée au système défensif.

Dans le chœur, des fresques polychromes du XIIe attirent l’attention du visiteur. Il s’agit de scènes de l’évangile et sur l’une d’elle, on identifie assez aisément l’entrée de Jésus à Jérusalem.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Des bâtiments monastiques,  il reste peu de traces. Au sud de l’église, un jardin a été aménagé à la place de l’ancien cloître avec sur un côté, les vestiges de la salle capitulaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ancienne église Saint-Hilaire

Dans l’actuel cimetière de Trémolat, se dresse l’ancienne église paroissiale de Trémolat, l’église Saint-Hilaire tandis que jusqu’à la Révolution, l’église Saint-Nicolas était une église prieurale attachée au monastère.

Cette église construite au XIIe siècle a été restaurée au XVe siècle.  Le porche roman comporte trois arcs supportés par quatre colonnes. L’église Saint-Hilaire est classée « Monument Historique » par arrêté du 14 septembre 2010 (Source : Base Mérimée).

Pour conclure…

Si vous vous arrêtez admirer le cingle de Trémolat, prenez le temps d’un arrêt à Trémolat pour parcourir le village et découvrir ses deux églises qui méritent le détour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sources

  • Vieilles églises en Périgord; Volume 1, L’Abbaye de Saint-Avit-Senieur; Les Eglises de Trémolat. Auteur(s) : Fitte, Paul; Berthier, Marcel; Laure Guinet Abrial. Editeur : PLB – Le Bugue (Dordogne),1990.
  • Les abbayes et prieurés du Périgord. Auteur(s) : Evelyne Bermond-Picot, Gérard Leconte. Editeur : Editions GLI
  • Les églises fortifiées de Dordogne. Auteur (s) : Thierry Hourlier. Editeur : Editions Patrimoine, 2006.
  • Ministère de la Culture : Base Mérimée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.